Les pailles filtrantes sont parmi les accessoires les plus importants d’un bug-out-bag.

Il existe sur le marché un bon nombre de filtres purificateurs d’eau portatifs, d’un plus gros débit que les pailles filtrantes mais aussi plus lourds et encombrants. Ce sont des bons accessoires à avoir dans sa BAD, mais pas forcément dans son sac.

Les meilleures alternatives sont donc les pailles filtrantes grâce à leur poids plume, et leur encombrement réduit.

Bien que dans l’esprit du bushcraft, aucun accessoire n’est réellement indispensable, les pailles filtrantes tiennent une place à part car elles ne servent pas qu’au confort, mais aussi à ne pas tomber bêtement malade après avoir bu une mauvaise eau ou une eau polluée.

Bien entendu, le survivaliste qui vit dans une région de montagnes et de torrents comparera parfois, et avec raison, les pailles filtrantes à un poids mort et inutile. Mais dans la plupart des cas, l’utilisation de pailles filtrantes est recommandée en régions tropicales et de plus en plus en régions tempérées.

Quand et pourquoi utiliser les pailles filtrantes

En cas de bug-out mais aussi en randonnée, les pailles filtrantes assurent au porteur de pouvoir étancher sa soif dans une marre ou une eau sale. L’avantage premier est qu’il devient alors inutile de transporter beaucoup d’eau, car l’eau est vitale mais pèse lourd.

Fonctionnement des pailles filtrantes

Les pailles filtrantes ont un fonctionnement très simple et fiable. Il suffit de mettre la crépine dans de l’eau et d’aspirer par l’embout.

Contrairement aux systèmes lourds à gros débit qui utilisent de la haute pression, pas besoin d’aspirer comme une machine avec les pailles filtrantes, qui ont un plus petit débit que les systèmes lourds ,mais qui est cependant largement suffisant pour boire.

L’eau aspirée passe à travers un filtre micro-métrique, parfois nettoyable, qui retient les impuretés et les bactéries y compris le choléra, et donne une eau purifiée et bonne à la consommation. Attention toutefois à bien se souvenir que les virus peuvent passer à travers le filtre. En cas de situation sévère mettant en cause un virus, s’assurer de faire bouillir son eau pendant 15mn avant conso.

Les eaux de moyenne et haute montagne issues de rejets géologiques sont toujours bonnes à consommer (eau de source), mais on préférera utiliser une paille filtrante pour éviter tout risque bactériologique intestinal si cette eau n’est pas prélevée à sa source.

Les eaux issues de fontes ou ayant longuement cheminé doivent dans la mesure du possible être prélevées au courant et également filtrées.

gourde filtrante lifestraw

Le TOP4 des pailles filtrantes

Il y a tant de modèles existants de pailles filtrantes ,qu’il devient parfois difficile pour le survivaliste ou le randonneur de faire un choix.

survivalisme-survie a sélectionné 2 gourdes filtrantes et 2 pailles filtrantes sur plusieurs critères, pour un usage bug-out-bag ou simple randonnée:

→autonomie (durée de vie du filtre)

→retex d’utilisation (fiabilité)

→encombrement/poids

→solidité

→prix

Pailles filtrantes LifeStraw®-Go

lifestraw survie

La particularité de cette paille filtrante, c’est qu’elle est intégrée à un contenant, une gourde. On remplit sa gourde avec n’importe quelle eau, et le filtre la purifie “à la demande” lorsqu’on boit.

Elle n’est pas équipée d’un filtre à charbon actif comme sa grande soeur, mais son prix en fait la plus compétitive du marché.

  • filtre remplaçable
  • système et filtre brevetés
  • durée de vie du filtre: environ 1000l
  • filtration optimale
  • poids à vide 109g

 

 

Pailles filtrantes LifeStraw® Go2 stage

lifestraw go stage2

prix conseillé entre 47€ et 55€, contre 38€95 pour la LifeStraw®Go standard.

Cette différence de prix s’explique par la présence, sur ce modèle, d’un second filtre.

Outre le filtre à particules micrométriques, la LifeStraw® Go2 est équipée d’un filtre à charbon actif.

On notera que le filtre à charbon actif a une durée de vie dix fois inférieure au filtre micrométrique, c’est à dire 100l pour le filtre charbon et 1000l pour le filtre micrométrique.

poids à vide: 222g

 

Pailles filtrantes LifeStraw®Personal

pailles filtrantes lifestraw personal

Les pailles filtrantes LifeStraw®Personal sont les plus répandues/utilisées dans le monde.

Seulement 57 grammes pour 22.5 cm de long et 2.5 cm de diamètre.

Filtre efficacement jusqu’à 1000l d’eau

Prix conseillé, dans les 27€

Vu son poids réduit ,c’est une bonne chose d’en intégrer une à son bob, qu’on gardera neuve et destinée en cas d’extrême urgence seulement.

 

 

Pailles filtrantes Sawyer®Mini

pailles filtrantes Sawyer

Une mini paille filtrante pour une efficacité maximale.

– filtre le plus fin du marché

-poids 57g

-filtre jusqu’à 378,5 m3 d’eau ! (une vie entière de consommation d’eau !)

-prix conseillé ,dans les 27€ à 28€

L’intérêt innovant des pailles filtrantes Sawyer-Mini , c’est qu’on peut les adapter sur un goulot de bouteille, sur une durit de camel-back, ou s’en servir comme d’une paille filtrante classique. Ce détail technique est à prendre en compte ,ajouté à une filtration à 0,1 micron et une durée de vie optimisée (une paille sawyer-mini bien entretenue peut filtrer assez d’eau pour une vie entière). Une seringue de nettoyage du filtre est fournie lors de l’achat d’une Sawyer®Mini.

Les pailles filtrantes LifeStraw bénéficient d’une réputation acquise de longue date, ce sont celles utilisées dans le monde entier par les ONG.

Les pailles filtrantes Sawyer®Mini sont, dans l’absolu, plus efficaces que les pailles filtrantes LifeStraw®Personal, et aussi plus durables.

Les pailles filtrantes Sawyer®Mini se démarquent vraiment des autres marques et modèles de pailles filtrantes. Sur survivalisme-survie ,ce sont celles qu’on préfère pour leurs caractéristiques pratiques, leur longévité, leur mini taille/poids, et leur prix très attractif.

On se souviendra que ces modèles de pailles filtrantes permettent de purifier l’eau, mais sont inefficaces contre les virus.

En cas d’épidémie virale, il faudra donc faire bouillir ou éventuellement traiter chimiquement l’eau filtrée. Par principe de précaution car objectivement, en situation “normale”, les virus contenus dans l’eau sont rarissimes et ne se trouvent que dans quelques régions du monde.