Survivaliste nomade : le camp de base

Cet article s’adresse particulièrement au survivaliste nomade.

Si on est certain que la situation de bivouac ne durera que quelques jours, les aménagements seront ceux d’un camping sauvage ordinaire.

Le cas échéant, si la situation de bivouac est forcée et risque de durer, il faudra alors anticiper sur quelques point.

Le camp de base nomade

Un camp de base est un camp qui peut satisfaire sa fonction pour une durée indéterminée.

On pourrait penser que l’état du nomade rime avec la précarité, mais ce serait un sentiment très schématique.

Le survivaliste nomade ,n’est pas forcément une personne qui change de lieu chaque jour.

Dans un contexte justifiant d’établir un camp de base, celui-ci doit être défini selon certains critères essentiels.

Dès lors qu’il s’agit de s’y établir pour quelques mois ou années, il faut s’assurer un minimum de confort vital.

survivalisme-survie

Emplacement d’un camp de base nomade

Le survivaliste nomade se concentre sur trois aspects majeurs à maîtriser dès le départ afin d’établir le camp de base d’une manière pérenne.

La pérennité de l’installation devient essentielle si la situation suggère qu’aucun secours ne viendra sous peu.

  1. la configuration du terrain
  2. l’accès aux ressources
  3. la confidentialité

1. la configuration du terrain:

Il vaut mieux adapter ses stratégies au terrain plutôt que l’inverse.

Ça paraît logique mais vous seriez surpris de voir parfois les réactions en situation réelle.

Le terrain doit assurer une position favorable, d’un point de vue militaire.

La topographie du lieu doit être le facteur déterminant des choix pour le lieu d’installation.

Ceci vaut aussi en ambiance urbaine, ou en ambiance grand-froid.

Afin de ne pas s’épuiser sur la durée, il convient de s’assurer dès le commencement de l’installation que la situation du camp de base est défendable.

survivaliste nomade

2. l’accès aux ressources: 

C’est le critère le plus critique !

Il est toujours préférable d’avoir un accès à l’eau et aux principales ressources, que ce soit le bois ou ce qu’on trouve dans les bois.

Les ressources concernent aussi la construction du camp de base:

Si il y a beaucoup de pierres on utilisera de la pierre, par exemple, …et si il fait -30 on fera plutôt un igloo, logique non ?

Utiliser au maximum les ressources disponibles immédiatement, et dans la plus grande abondance.

3. la confidentialité: 

Si on est en place dans le contexte et bien comme il faut, les crevars sont la première source d’ennuis potentiels.

On doit donc s’assurer d’utiliser le terrain au maximum, pour essayer de s’y fondre au mieux, discrétos amigos

Il faudra choisir de préférence un coin difficile à assaillir sur plusieurs fronts simultanés.

Périmètre du camp de base

Pour assurer une sécurité correcte du périmètre défensif critique aux abords du camp de base, les lieux en position dominante sont bien entendu les plus faciles à défendre.

Dans l’absolu, si on arrive à partir du camp de base, à voir les arrivants potentiels sans encore être vu, la position est bonne.

Voir l’article ⇒ Blackout nucléaire

Vous aimerez aussi...